Paradoxe

Je ne sais pas si c’est le fait de travailler au lieu de glandouiller au soleil, ou encore si c’est cet automne au mois de juin qui me rend comme ça… C’est officiel, je gamberge trop, à cause d’un paradoxe. Celui qui caractérise les gens comme moi, qui ont décidé de partir quelques temps vers l’inconnu, pour vivre une petite aventure. Celle dont j’ai toujours rêvée. Aller à l’autre bout du monde. Parler une autre langue. Voyager. Découvrir de nouvelles choses. Avoir un bout de vie un peu particulier. Il a fallu attendre de grandir (de vieillir), de travailler et de gagner des sous pour pouvoir le faire. Il a fallu attendre la fin d’une adolescence de revendications face à un discours parfois un peu trop flou…

medium_le_chat.jpg

Ce paradoxe, c’est celui de vouloir rester et partir en même temps, de vouloir rire et pleurer. C’est aussi celui qui fait que l’on sait à quel point ce choix était le bon et pourtant, on ne peut s’empêcher de penser au retour, à ce qu’on aura à raconter, à écouter, à partager. Et puis on se raisonne. On se dit qu’il ne faut plus y penser car on a le temps, car quand viendra ce moment du retour, on ne pensera sûrement plus qu’à une chose, rester.

Disons que c’est normal, humain. Parce qu’il y a des choses qui sont de côté pendant une année, certaines seront perdues, il n’y aura pas de prochaines fois. Comme pour les mariages de Marie et Manu et de Manuela et Arnaud. Pour celles-là, dommage (le coup de vieux, c’est pas pour maintenant hein). Et puis il y a les autres, les plus nombreuses, celles qu’on pourra faire et vivre à foison à notre retour. Certains choix demandent quelques petits sacrifices. Mais ça vaut le coup, ça vaut le coup, ça vaut le coup. Et puis c’est l’occasion pour moi d’être encore un peu plus persuadée de l’importance de tous ces petits moments vécus comme :
– voir le sourire de ma mère quand je la fais danser sur l’Accordéoniste d’Édith Piaf,
– aller boire des pintes Chez Pierrot Rue de Lappe, le Piccolo Number 2 avec les potes UTCéens,
– entendre ma sœurette rigoler à mes blagues débiles,
– ne pas entendre Gaëtan sortir un mot pendant des heures et balancer tout à coup une blague qui donne un fou rire à tout le monde,
– faire des DS/Wii/Singstar/Buzz contests à Aligre,
– mater avec tout le monde toute une saison de Prison break en un weekend bien au chaud sous ma couverture orange 60’s en mangeant du chocolat,
– avoir un fou rire avec Ju sur une blague que nous seules comprenons sous les regards ahuris d’Armelle et Mymy,
– rigoler aux blagues d’Olivo ou encore l’entendre chanter K-Maro,
– chanter des paillardes avec Julie, Tibo et les porspodériens aux Vieilles Charrues,
– jouer au basket à Delft à 9h00 du mat’ après avoir fait la fête jusqu’à 4h00,
– faire le rallye marollais (au moins cette année je ne finirai pas dernière),
– rigoler en voyant Haron nettoyer les chiottes avec sa panoplie slip/chaussettes/tongs…
…Et tellement d’autres, d’ailleurs, si vous voulez continuer la liste…A vos claviers!

Pas de coup de flippe (enfin…), juste l’envie de changer d’air. L’impatience guette. Bientôt le 26 juin. Mon boulot actuel sera de l’histoire ancienne, tout comme l’automne. Je retrouverai alors Melbourne pour Noël accompagnée de son été cette fois.

Cheers.


16 responses to “Paradoxe

  • vanessa

    Salut Marlène,
    c’est tellement sain ce que tu ressens aujourd’hui.
    La vie est pleine de ces paradoxes incompréhensibles, de ces doutes sur les choses que l’on choisis de vivre.
    Mais comme tu les sais, aujourd’hui, ces questions sont la preuve même que tu as décidé que ta vie ne devais pas défiler sans toi, tu choisis la façon de VIVRE TA VIE. Tu as pris la décision de faire face à tes rêves, à tes envies…
    Nos désirs ne sont heureusement jamais ni tout noirs ni tout blancs alors loin des gens que tu aimes, loin de tes repères le mal du pays te gagne mais songe à ces moments où tu ne rêvais qu’à une seule chose : partir, voyager, découvrir, faire des rencontres…
    Continue à profiter de chaque instant
    Gros bisous
    vanessa

  • Julie

    Coucou Marloon, je vois que ton post a du laisser tout le monde perplexe puisque personne n’a fait de commentaires :o)
    Moi, je ne dirai qu’une seule chose : la vie est faite d’une succession de moments heureux.. succession hein.. donc aussitôt vécus, aussitôt passés ! Mais les souvenirs..c’est fait pour ça.
    biz

  • marionfizz

    Hier, je voulais écrire un article sur la peur et l’envie de voyager, sur un truc assez fort que je ressens en ce moment, et puis en me connectant sur le net, je me jette vers ton blog, et je lis exactement tout ce que je voulais écrire. mot pour mot, c’est ce que je ressens. tu écris vraiment bien. tant pis pour mon article, ce sera pour une prochaine fois.

    PS : j’arrive jeudi matin à Cairns, on devrait pouvoir se croiser ! (faudra que tu me montres où acheter des havaianais pas cher !!)

  • Armelle

    Coucou Marlène!
    Ché biau c’ke tu dis! J’ai du couper le son des commentaires de Roland Garros pour tout comprendre:) Allez ma grande, encore un peu de courage pour gagner plein de sioux, et tu pourras repartir à l’aventure!! Et si tes symptômes persistent, je te conseille un petit remède: mets-toi devant un bon film français avec un petit plateau-télé réconfortant de bouffe française (si t’en trouves là-bas…) Sinon, je peux t’expédier un petit Maroilles fermier par chronopost, ça te dit? Je te fais plein de gros bisous!
    Armelle
    PS: il fait un temps dégueu en France, si ça peut te consoler…

  • sara'te

    ….chanter comme une groupie sous les notes de Devendra, et faire la vraie groupie à la fin du concert, devant son bus😉

    ….presque mourrir au son de Tom Yorke et y perdre qqs orteilles 🙂

    …Aaaah tant d’émotions !

    Bon Marloon ca suffit la séquence Remember, va travailler plus pour gagner plus, comme ça quand tu rentreras tu seras pas dépaysée. Non mais !

    PS : et sinon ton bronzage ?….ben oui des photos bordel ! et pas des arbres stp.

  • marloon

    Merci pour tous vos petits commentaires, ça fait chaud au coeur!!
    Et ne vous inquiétez pas s’ils n’apparaissent pas tout de suite sur le site, c’est parce qu’il faut que je les valide avant…
    biz

  • marloon

    @ sara’te!
    Merci kooz!j’en ai oublié tellement!!!

  • bubble

    Ah, j’ai pas encore lu, mais j’ai regardé les photos… J’ai fait tout pareil que toi il y a 4 ans, alors merci pour ce petit brin de nostalgie…
    Take it easy !

  • juliette

    bah alors ma marloon, c koi cette grosse prise de conscience?? bon allez pour détendre l’atmosphère, tu veux une blague pas drole? alors voila, ma soeur a dans sa classe (c une histoire vraie) un petit DUBUI ke ses parents ont appelé Tony…(faut commencer par le nom) … hihihi! je suis sûre ke t’as souri, et toi aussi laurie je sais ke t’as souri..! a la prochaine pour une nouvelle blague pas drole! bizz

  • mum

    SALUT MA FILLE

    je vois que la sagesse de la vie s’impose à toi! comme dit le poete : « CARPE DIEM »
    Tellement facile à dire et si difficile à faire; toi, comme chacun d’entre nous, est confrontée à ce paradoxe qu’est le temps qui court, la vie qui défile, le temps présent à peine apprécié déjà envolé et fini; le paradoxe se situe là, c’est d’en être conscient et de ne pas en profiter. Alors PROFITE ma puce; va au bout de ton rêve; c’est tellement rare; tu fais partie des élus qui se sont fixés des objectifs de vie et les tiennent; c’est pourquoi je t’admire tant
    tu es au printemps de ta vie , saison où tout commence
    je fais des gros poutoux
    je t’aime
    mum

  • mum

    l’ordinateur fonctionnant très mal, je lis tes commentaires en deux voire trois fois; je viens juste de lire ta rubrique que j’intitulerai : « nostalgie, quand tu nous tiens »

    la nostalgie est une sensation négative en ce sens qu’elle nous raméne à des souvenirs heureux et/ou malheureux et qu’elle nous empêche de vivre le présent comme il mérite d’être vécu; c’est du moins mon avis.
    A l’aube de mes 50 ans, je ne suis plus jamais nostalgique, du moins je m’évertue à ne plus l’être; bien sûr, comme tout un chacun, j’ai tendance , parfois, à me souvenir du passé, des momments heureux que j’ai vécu avec des gens que j’aime et qui ne sont plus; mais, qunad je me rappelle ces instants, c’est pour mieux rebondir sur le présent et apprécier la vie que je vis ou que d’aucun comme toi, me font vivre et je me dis que j’ai de la chance;
    je ne te remercierai jamais assez de me faire partager tes aventures, tes émotions, ta vie.
    Ma fille m’offre un cadeau de vie fabuleux; j’ai longtemps cherché dans les livres le rêve, les voyages ; grâce à toi et à tes réflexions narratives, si joliment rédigées, j’en profite comme si j’y étais. Nous danserons encore et toujours sur l’accordéoniste car ce moment nous appartient et nous appartiendra toujours, quoiqu’il arrive
    mum

  • Olivo

    – Essayer d’avoir raison avec Lam sur la sexualité des cachalots dans l’hémisphére nort
    – Avoir l’autorisation de mater les experts alors qu’ya un super match de foot sur la une
    – Aller faire du roller et t’entendre dire que tu es nulle tous les 10m alors que tu avances aussi vite que les autres
    – T’écouter nous parler des Vieilles Charrues pour 38569745 fois
    – Essayer de t’endormir alors que Lam clapote comme un malade sur son clavier et Haron fait trembler les murs
    – ….

    On t’aime ma petite Marloon, tu nous manques beaucoup beaucoup.

  • marloon

    @ oivo : nord ça s’écrit avec un « d »…😉, rappelle toi je sais tout lol
    @ mamoun : c’est beau ce que tu dis

  • MamSand

    Bonne continuation et bonne chance!Sand d’Antibes France (06)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :